Nicolas Grenier
Precarious Geographies 11 oct.— 11 nov. 2017
11
oct.—
11
nov.
2017

11 OCTOBRE – 11 NOVEMBRE 2017

VERNISSAGE
MERCREDI 11 OCTOBRE, 17h à 20h
EN PRÉSENCE DE L’ARTISTE

La Galerie Antoine Ertaskiran est fière de présenter en ses murs la première exposition personnelle de Nicolas Grenier, intitulée Precarious Geographies. Artiste basé à Montréal et à Los Angeles, Nicolas Grenier est reconnu pour ses pratiques artistiques plurielles, allant de la peinture aux livres d’artiste à des propositions architecturales installatives, mais aussi des œuvres vidéos ou des performances conceptuelles. Établissant un équilibre improbable entre forme et contenu, ses œuvres picturales allient une esthétique abstraite, servie par un travail minutieux sur la couleur et les contrastes de lumière, avec un language diagrammatique inspiré de l’architecture, du design et des autres disciplines qui codent les grands systèmes de pouvoir et de croyance de notre société néolibérale. Son œuvre situe le spectateur dans un espace où se mêlent utopie et dystopie, entre le pictural et le numérique, le plan et le spatial, le crédible et l’illusoire, générant une poétique d’oppositions qui invite à une réflexion sur nos propres ambiguïtés.

Principalement composé de peintures, le corpus d’œuvres exposé ici traduit la pensée et les préoccupations artistiques et esthétiques de l’artiste. La proposition de Nicolas Grenier pour Precarious Geographies signale un glissement sensible depuis ses modèles socioéconomiques imaginaires vers un contenu abordant la question des combats idéologiques dans une approche plus métaphysique, marquée notamment par la visualisation des rapports entre l’espace et le temps, l’absurde et l’absolu. Articulant le plus souvent images et texte, ces œuvres font voir des flux, des strates, des axes, des espaces cosmiques et des marqueurs de lieu qui donnent une épaisseur analytique aux couleurs, aux dégradés subtils et aux contrastes poétiques qui qualifient son esthétique picturale.

 Artiste engagé, Grenier aborde dans ses œuvres les dimensions philosophique et morale liées aux prises de positions politiques. Ses tableaux proposent différentes manières de visualiser, voir de cartographier, la relation qui relie la quête d’absolu et les thématiques de l’activisme, de la violence, du changement d’ordre social et de l’effondrement du statu quo. Son travail désigne simultanément la capacité de l’art à percevoir un potentiel infini d’où puiser de somptueux idéaux — sociétaires, esthétiques ou autres — et ses limites face à l’absurdité de l’expérience humaine. C’est dans cette oscillation que se situe tout l’attrait de son travail.

Nicolas Grenier détient une maîtrise en arts visuels du California Institute of the Arts. Son travail a été exposé régulièrement au Canada, aux États-Unis et en Europe dans divers lieux notoires avec des expositions telles que Giles (Gagosian Gallery, Athènes), Vertically Integrated Socialism (Triennale de Bruges 2015, Belgique), Promised Land Template (Biennale de Montréal de 2014 au Musée d’art contemporain de Montréal et à Commonwealth & Council, Los Angeles), One Day Mismatched Anthems Will Be Shouted In Tune (Luis De Jesus, Los Angeles), The Work of the Work (University of California, Santa Barbara), Building on Ruins (Cirrus Gallery, Los Angeles) et Marginal Revolutions (KUAD Gallery, Istanbul). Son travail fait partie de diverses collections privées et publiques, telles que la collection de la Caisse de Dépôt et Placement du Québec, Banque Nationale, Banque Royale du Canada, Loto-Québec, Progressive Art Collection (USA) et celle du Musée national des beaux-arts du Québec. Il est lauréat du prix Pierre-Ayot 2016 décerné par la Ville de Montréal.

L’artiste et la galerie remercient le Conseil des arts du Québec, la SODEC, l’AGAC et la Ville de Montréal pour leur soutien financier. L’artiste remercie également Tyson Atkings, Will Gaucher et Nicolas Novali pour leur soutien technique.