Luce Meunier
4 16 mai.— 16 jun. 2018
16
mai.—
16
jun.
2018

La Galerie Antoine Ertaskiran est fière de présenter la troisième exposition personnelle de Luce Meunier. Les œuvres de Luce Meunier sont travaillées à partir de contraintes et codes volontairement préétablis qui sont avant tout les témoins d’une recherche et d’une exploration de stratégies plastiques et picturales. L’artiste poursuit ici ses recherches en développant de nouvelles techniques et méthodes « passives » rigoureuses appliquées aux médiums traditionnels de la peinture et de la gravure. Plutôt que d’être manipulée directement par la main de l’artiste, la matière – acide, résine, pigments, encres, eau – investit aléatoirement les surfaces grâce à une poétique libre du temps marquée par le mouvement, le souffle, la gravité, le flux.

L’exposition, intitulée 4, fait référence à la partition quadripartite des surfaces qui sont autant de captures d’espace-temps et constituent l’archive d’une création en flux. L’image symbolise la quatrième dimension, mais aussi les quatre éléments ou encore les quatre points cardinaux et entre en résonnance avec l’esthétique minérale ou organique, fugitive et contemplative, qui se dégage des œuvres.

Un large corpus de gravures et aquatintes intitulé Aux quatre vents – courant d’airet Aux quatre vents – courant jet, est inspiré librement des aquatintes d’Elaine de Kooning. Luce Meunier détourne ici les traditions et gestes techniques liés à la gravure pour jouer avec la matière et se sert d’air comprimé pour manipuler la résine déposée sur les plaques de cuivre, multipliant les immersions dans l’acide. Pour la série d’aquatintes Lignes de temps, les dégradés de gris sont obtenus grâce à une diffusion d’acide lente et maitrisée, en quantité égale et à intervalles de temps réguliers. Le résultat est l’image du mouvement lent de la matière dans l’eau. La série de peintures Eau Courantefait directement suite à la série de peintures Eaux de Surface. Luce Meunier dispose des éponges colorées de manière à faire « agir » la matière picturale. Imbibées et posées sur les toiles, elles libèrent leur surplus de couleur. La peinture fluide suit alors un parcours aléatoire qui explore et dynamise l’espace. Le liquide coloré fait fusion avec le support qui est teinté dans la masse et non en surface. L’artiste manipule et contrôle les liquides pigmentés, tout en gardant le plus de simplicité formelle.

Dans sa pratique et ses expérimentations techniques profondément novatrices, Luce Meunier ne cherche plus à dominer la matière mais, à la manière de l’alchimiste, l’observe et la sublime, la contrôle mais la laisse vivre dans toute son imprévisibilité. Elle crée avecla matière qu’elle accompagne avec respect et dont elle cherche à capter l’essence même, abdiquant d’emblée le geste de l’artiste démiurge pour adopter plutôt – et ainsi affirmer – celui d’une nouvelle écologiede la peinture et de la gravure.

Née en 1973, Luce Meunier vit et travaille à Montréal. Elle fut finaliste en 2006 du Concours de peintures canadiennes RBC. Ses œuvres ont été récemment exposées à la Dunlop Art Gallery (Regina), au centre Plein sud (Longueuil), au Centre d’art et de diffusion CLARK (Montréal) et à la Parisian Laundry (Montréal). Luce Meunier a obtenu plusieurs résidences d’artistes, notamment CAMAC (France, 2017), Banff Centre (2014) ou Le Lobe de Chicoutimi. Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées, corporatives et institutionnelles comme la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec, celles de la Banque Nationale du Canada, d’Hydro-Québec, de la Banque de Montréal, de l’hôtel Queen Elizabeth (Montréal) ou de la collection Tedeschi.